Terra Incognita : la dégradation des terres comme amplificateur sous-estimée de la menace d'insécurité - Groupe de Coordination des Zones Arides

Terra Incognita : la dégradation des terres comme amplificateur sous-estimée de la menace d'insécurité


Ce rapport de Clingendael s'interroge sur les questions de savoir comment, si, et dans quelle mesure la dégradation des terres pourrait déclencher ou augmenter le risque de conflit.

Louise van Schaik and Rosa Dinnissen | mars 2014

Sur la base de la littérature existante sur l'influence des facteurs environnementaux sur l'insécurité, le rapport conclut qu'il existe très probablement une relation indirecte entre la dégradation des terres et le conflit. Cela concerne en particuliers les pays pauvres où les populations sont fortement tributaires de la nourriture produite localement. Cet effet local semble le plus pertinent pour les pays d' Afrique sub-saharienne, ainsi que pour les pays d' Asie du Sud-est et du centre.

La relation entre la dégradation des terres et les conflits en conjonction avec de la nourriture et de la rareté de l'eau, la croissance démographique, les migrations, la pauvreté et la bonne gouvernance est analysée dans les études de cas sur les conflits au Kenya, le Rwanda, le Mali et la Tunisie. Dans ces quatre pays, la dégradation des terres a été trouvé un problème majeur et semble avoir contribué à l' ouverture ou l'escalade d'un ou de plusieurs conflits. Cependant, dans les quatre cas, les auteurs du rapport ont trouvé d'autres facteurs expliquant le déclenchement du conflit, tels que les questions d'identité, l'utilisation des terres pour les cultures de rente, ou l'afflux massif d'armes d'un pays voisin.

L'analyse des quatre cas a conduit les auteurs du rapport de conclure que la dégradation des terres semble agir comme un «amplificateur de la menace". En combinaison avec d'autres facteurs de dégradation des terres peut conduire au déclenchement ou à l'escalade du conflit, bien qu'il n'ait pas été prouvé être une cause directe ou importante - pas encore.

(disponible en anglais seulement)


Read »