Plaidoyer pour une adoption des pratiques de système de production intégrée durable (SPID) du sésame à travers la mise en ouevre des Champs Ecole Paysan (CEP) et des tests dans le cercle de Kita - Groupe de Coordination des Zones Arides

Plaidoyer pour une adoption des pratiques de système de production intégrée durable (SPID) du sésame à travers la mise en ouevre des Champs Ecole Paysan (CEP) et des tests dans le cercle de Kita


Le rapport décrit les résultats des essais et des champs écoles producteurs de démonstration des pratiques culturales améliorées du sésame « Sesamum indicum » qui ont été réalisés de 2016 à 2018 dans quatre communes du cercle de Kita.

Rapport no. 78 | Coulibaly, A., Konaré, H., Dembélé, S., Cissé, S. et W. Kamkam | mai 2018

Les  travaux de recherche sur les champs de 24 producteurs dans quatre communes du cercle de Kita ont porté sur les effets de la variété, de la fertilisation et de la qualité de la semence sur la production et la productivité du sésame. Ces activités ont été suivies par 250 producteurs dont 175 hommes et 75 femmes.

Les résultats obtenus sur les effets des techniques améliorées ont permis de démontrer aux producteurs et aux productrices la possibilité d’améliorer la productivité et la production du sésame dans leur terroir. Les effets de la qualité de la semence ont montré que l’utilisation de la variété S-42 (semence améliorée certifiée)  a permis d’avoir des accroissements de rendement grains de 34,4 %  et de gousses de 16 % par rapport à la variété bigarrée (semence locale).  Pour la fertilisation du sésame, les résultats ont révélé des augmentations de rendement grains de 207 % pour apport de 40kg/ha d’engrais complexe céréale (NPK) plus 20kg/ha d’urée, de 147% pour apport de 35 kg/ha d’urée et de 81 % pour apport de 100 kg/ha de complexe céréale par rapport au témoin absolu sans engrais.

L’étude sur l’adaptabilité aux zones de forte précipitation a révélé que la variété Nansubani à cycle long a été plus performante que la variété S42. Elle a obtenu 139,7 % d’augmentation de rendement grains. Dans les champs-école, les producteurs ont perçu que la technique culturale améliorée recèle un potentiel productif plus élevé que celui de la pratique locale. Cette technique a obtenu une augmentation de rendement grains de 122 %  par rapport à la pratique locale du producteur. En termes de rentabilité économique des techniques exposées dans les champs écoles producteurs, le  calcul du budget partiel d’exploitation d’un hectare a indiqué qu’un bénéfice net  de 200 200 F CFA a été obtenu  par la pratique améliorée contre 64 200 FCFA pour la pratique locale. 

Enfin, l’étude recommande : -une ou deux campagnes complémentaires de résultats avec plus de répétitions dans les différentes zones de culture du sésame; -la mise à échelle des résultats obtenus; la mécanisation du semis et de l’apport d’engrais; -l’initiation des producteurs à la technique de trempage des semences pour améliorer la levée du sésame en début de saison; -la fertilisation minérale associée à la fertilisation organique (compost ou PROFEBA) pour une meilleure valorisation de l’engrais minéral; -le  traitement phytosanitaire des semences avant les semis et des plants dès l’apparition des boutons floraux.


Télécharger (Taille (taille du fichier): 732Kb)