Gestion et faisabilité des infrastructures pastorales - Groupe de Coordination des Zones Arides

Gestion et faisabilité des infrastructures pastorales


L’Etat malien et ses partenaires au développement ont fait d’énormes efforts dans la réalisation des infrastructures pastorales. La mise en place de ces infrastructures a été un atout important pour le développement du pastoralisme. Cependant, les différents intervenants ont oublié ou n’ont pas voulu développer et appliquer des mesures d’accompagnement permettant non seulement d’opérationnaliser mais aussi de rentabiliser et de pérenniser les infrastructures mises en place. Comme résultat elles ont presque toutes disparues ou sont devenues in opérationnelles.


L’Etat malien et ses partenaires au développement tels que le PGRN (Projet de Gestion des Ressources Naturelles) PRODESO (Projet de Développement de l’Elevage dans le Sahel Occidental), PRP (Projet de Réduction de la Pauvreté) PGVA (Projet de Gestion de Végétation Autochtone), ont fait d’énormes efforts dans la réalisation des infrastructures pastorales : points d’eau (puits, forages pastoraux, mares), parcs de vaccination, périmètres pastoraux, points de passage des animaux (bourtoles). Les objectifs visés à travers la réalisation de ces infrastructures sont entre autres : offrir aux éleveurs et à leur cheptel les meilleures opportunités pour l’exercice du pastoralisme dans la zone (amélioration des conditions de transhumance, d’alimentation et d’abreuvement des animaux et des conditions sanitaires), la rentabilisation des infrastructures et l’appui à la réalisation de la sécurité alimentaire. La mise en place de ces infrastructures a été un atout important pour le développement du pastoralisme.

Cependant, les différents intervenants ont oublié ou n’ont pas voulu développer et appliquer des mesures d’accompagnement permettant non seulement d’opérationnaliser mais aussi de rentabiliser et de pérenniser les infrastructures mises en place si bien qu’à la fin des interventions elles ont presque toutes disparues ou sont devenues in opérationnelles. En effet, la création des infrastructures a été très rarement suivie de l’application d’un dispositif organisationnel et institutionnel en termes de mise en place de structures de gestion (comité de gestion), de renforcement des capacités et d’outillage des structures de gestion. Les rares comités de gestion mis en place ne sont pas le plus souvent à même de remplir correctement les cahiers de charge et de rentabiliser efficacement les infrastructures trop importantes pour de telles organisations peu fonctionnelles. C’est cette réalité qui a motivé AFAD et ses partenaires pour envisager la présente étude qui se propose de faire un diagnostic des différentes réalisations en matière de pastoralisme, d’identifier les causes profondes de leur faible fonctionnalité et de proposer des pistes d’actions pour leur faisabilité et durabilité.

Le but du projet est de contribuer à l’instauration d’une meilleure sécurité alimentaire des pasteurs dans les régions de Koulikoro, Kayes, Ségou.

Objectifs spécifiques :

Faire le bilan des infrastructures pastorales existantes dans la zone ciblée

Etudier et analyser tout le circuit et processus de gestion des infrastructures pastorales (hydrauliques, parcs de vaccination, etc.)

Identifier les facteurs les plus significatifs limitant la sécurité alimentaire dans la zone ciblée

Proposer des modes de gestion opérationnels, fiables et rentables des infrastructures

Partager le fruit des analyses aux différents acteurs.

Mettre en place des mécanismes de suivi et d’évaluation des initiatives développées par les programmes antérieurs et actuels.

Le diagnostic de la situation des infrastructures pastorales créées

Une des conditions de réussite du processus d’opérationnalisation des infrastructures pastorales est la connaissance parfaite de celles-ci : nombre, niveau d’organisation et de fonctionnement, mode et outils de gestion, services rendus, obstacles rencontrés. A cet effet, AFAD et ses partenaires feront d’abord un inventaire des infrastructures existant dans les zones ciblées avant de procéder à une analyse organisationnelle et institutionnelle en vue de mesurer le niveau d’organisation et de fonctionnement et d’identifier les éventuelles entraves à leur fonctionnement.

L'atelier de validation des résultats du diagnostic de la situation des infrastructures

AFAD partagera avec tous ses partenaires les conclusions de l’étude sur la situation des infrastructures pastorales au cours d’un atelier de validation. Deuxième étape du processus, l’atelier de validation visera les objectifs suivants :

L’atelier aura lieu à Bamako et concernera outre AFAD et ses partenaires de GCOZA, les représentants des services techniques des communes concernées (élevage, agriculture, eaux et forêts), les élus (conseillers communaux, conseillers de cercle), les autorités de tutelle, les organisations agropastorales, les autorités traditionnelles, les organisations paysannes.

La restitution des résultats du diagnostic dans les zones concernées

Une fois validés par l’atelier, les résultats de l’étude feront l’objet d’une restitution aux communautés des zones concernées. L’objectif de cette opération est non seulement d’avoir le feed back de celles-ci sur les résultats de l’analyse diagnostique mais d’amener celles-ci à se mobiliser autour des futures activités à entreprendre. La restitution sera réalisée dans chaque zone par un comité de suivi appuyé par l’équipe de consultants qui a réalisé l’étude.

Cette étape bouclera l’an I du projet.

L’appui à l’opérationnalisation des infrastructures pastorales (PHASE II)

Cette étape constituera la mise en œuvre du plan d’opération élaboré de commun accord par les participants de l’atelier de validation des résultats de l’analyse de la situation des infrastructures pastorales. Elle traduira aussi la volonté affichée des acteurs impliqués dans les questions du pastoralisme d’opérationnaliser et de rentabiliser les infrastructures existant afin de donner à l’élevage un souffle nouveau dans les zones concernées. Ainsi, l’activité sera construite autour des axes suivants :

Mise en place et/ou redynamisation des organes de gestion des infrastructures

Renforcement des capacités des membres des organes mis en place

Suivi de la gestion des infrastructures

Evaluation du projet d’étude (PHASE II)

AFAD et ses partenaires procèderont à la fin de l’année à une évaluation participative de la mise en œuvre du plan d’opération conçu pour l’opérationnalisation et la rentabilisation des infrastructures pastorales. Cette évaluation se fera sous forme d’atelier bilan de l’exécution des tâches confiées aux différents acteurs engagés dans les questions de pastoralisme au cours duquel, ils mesureront le chemin parcouru en termes de forces et de faiblesses et feront des projections pour la continuation future des activités.

Les changements significatifs attendus du projet après une année d’exercice sont :

Une meilleure connaissance des infrastructures pastorales créées dans la zone ciblée,

Opérationnalisation des infrastructures pastorales, gestion transparente et efficace grâce aux comités de gestion bien formés et des outils de gestion efficaces et bien tenus,

Équité hommes/femmes respectée dans la composition des comités de gestion des infrastructures,

Disponibilité d’infrastructures pastorales (hydrauliques, parcs de vaccination et périmètres pastoraux) rentables et durables.

Ressources pastorales et agricoles mieux exploitées,

Sécurité alimentaire assurée.

La situation de référence sera établie à partir de l’étude de base et une évaluation finale permettra de mesurer le chemin parcouru