Pratiques d’Adaptation de Changement Climatique à Base Communautaire pour les Pasteurs - Groupe de Coordination des Zones Arides

Pratiques d’Adaptation de Changement Climatique à Base Communautaire pour les Pasteurs


Le but du projet est de documenter les connaissances sur les mécanismes de changement climatique de certains groupes pastoraux choisis et disséminer ces résultats au sein des acteurs appropriés. Le projet aboutira à une documentation exhaustive de technologies disponibles sur place, de stratégies et bonnes pratiques en matière d’adaptation au changement climatique et les communiquer et les disséminer afin d’améliorer la capacité d’adaptation au changement climatique tant au niveau politique que communautaire.


Le pastoralisme est un système de vie et un mode de vie pour plus de 10 millions de citoyens représentant 12 à 15% de la population totale d’Ethiopie. Les groupes pastoraux résident dans six Etats Régionaux Nationaux d’Ethiopie (Oromia, Somali, Afar, SNNP, Gambella, et Benishangul Gumuz). Ils habitent l’ensemble des plaines du pays, ce qui constitue environ 61% de la superficie totale des terres du pays. Ces zones sont exposées à la variabilité de la pluviométrie, aux sécheresses extrêmes et aux crues subites. Les populations des plaines pastorales sont principalement des pasteurs et des agro-pastoralistes qui ont une dépendance quotidienne immédiate vis-à-vis des conditions de vie sensibles au climat et des ressources naturelles (pâturage et eau).
Les systèmes de pâturage en zones arides et semi-arides d’Afrique de l’Est sont très vulnérables à une combinaison de facteurs liés au changement climatique et aux facteurs socio-économiques. Plus généralement, on suppose que les zones pastorales sont non seulement confrontées à un risque accru de cas de sécheresse, en raison d’une variabilité croissante de la pluviométrie, mais qu’elles sont confrontées aussi à des élévations de températures. En plus, des études plus récentes ont fait ressortir une fréquence accrue d’épisodes météorologiques de sécheresse, des crues subites particulières et des éruptions de maladies dans les régions pastorales d’Ethiopie.
Auparavant les sécheresses fréquentes et prolongées ont détruit les conditions de vie des populations, détruit les cultures, et provoqué la mort de beaucoup d’animaux. La réaction de l’Ethiopie au changement de nos jours portera directement sur les perspectives de sécurité alimentaire et de conditions de vie des pasteurs. Jusqu’ici, les efforts déployés en Ethiopie en réaction au problème des risques provoqués par le changement climatique croissant dans les zones pastorales ont été prometteurs et accrus à travers le temps. En dépit de cela, l’échelle et l’intensité des risques liés au changement climatique (en particulier la sécheresse, les inondations non saisonnières, les éruptions de maladies, l’expansion d’espèces buissonnières invasives) se développe rapidement et l’ampleur des dégâts de tels risques climatiques et naturels continue d’augmenter. Tout ceci démontre l’urgence à aborder le problème climatique en lançant des plans d’adaptation efficaces et réalistes (qui mettent l’accent principalement sur l’utilisation et le passage à l’échelle de pratiques d’adaptation disponibles sur place) ; et le renforcement de capacités institutionnelle dans les zones à risque du pays.  

La mesure pratique escomptée est de s’adapter à la menace de changement climatique à travers le développement de pratiques appropriée au niveau local et de méthodes d’adaptation et d’atténuation idoines. L’adaptation à la variabilité climatique n’est pas nécessairement nouvelle pour les pasteurs dans la mesure où il y a toujours eu une certaine variabilité des modes météorologiques. Le défi, toutefois, est de réagir au changement à la fois rapide et puissant dans le système climatique actuel. Un portefeuille varié d’emplacements d’adaptation spécifique et durable aussi bien que des options appropriées au plan local doivent être identifiés, documentés et utilisés. En plus, il est important d’identifier ceux qui sont en même temps favorables au plan environnemental et sont accessible aux pauvres, car la pauvreté est le facteur clé de la vulnérabilité.

En dépit de la vaste publicité donnée au changement climatique, il y a à présent des efforts très limités à documenter systématiquement les options d’adaptation disponibles sur place et que l’on peut utiliser immédiatement dans les zones pastorales. En plus, la réponse en termes de politique n’est pas aussi solide qu’elle doit l’être en raison du manque de données suffisantes sur les pratiques d’adaptation locales existantes. Pour soutenir et renforcer la politique existante, il est nécessaire de générer des informations adéquates et des preuves pour la valeur ajoutée et la pratique des mesures d’adaptation locales courantes en menant des études systématiques, qui peuvent alimenter l’environnement institutionnel. En plus, les efforts d’interventions d’adaptation au changement climatique à la fois par les acteurs gouvernementaux et non-gouvernementaux ne sont pas soutenus par des faits bien organisés systématiquement documentés. Par conséquent, ce projet vise à combler cet écart en examinant la vulnérabilité des pasteurs au changement climatique, en évaluation les stratégies et technologies locales et institutionnelles d’adaptation, et en documentant les bonnes pratiques et les arrangements institutionnels existants pour l’adaptation au changement climatique.  

Les informations et la documentation existantes sur l’adaptation au changement climatique en zones pastorales sont éparses, trop générales et explorent plutôt ce que les pasteurs ont et n’ont pas en termes d’adaptation et d’atténuation des effets du changement climatique. Par conséquent, les recherches aboutiront en une documentation exhaustive de technologies, stratégies et bonnes pratiques  disponibles sur place et qui peuvent être partagées à travers les régions pastorales. Les pratiques, technologies disponibles et arrangements institutionnels seront identifiés et analyses et recommandés pour leur mise en œuvre. La plupart de ces pratiques sont connues mais n’ont pas fait l’objet d’étude à un niveau où elles peuvent être appliquées ou passées à l’échelle en combinaison dans les zones pastorales. Ces diverses connaissances peuvent être exploitées et les effets de synergie pourraient être utilisés. Les informations peuvent être mises à la disposition du gouvernement et des pasteurs à la base, afin qu’elles soient mieux adaptées aux effets du changement climatique, améliorant du coup leur capacité de résilience.

La documentation permettra d’échanger des expériences entre différents groupes de pasteurs dans la mesure où les adaptations locales sont très variées entre ces groupes; et de renforcer les plans et programmes d’adaptation au niveau national et au niveau local.

Le but du projet est de documenter les connaissances sur les mécanismes d’adaptation climatique des groupes pastoraux sélectionnés et disséminer ces résultats parmi les acteurs concernés. Le projet aboutira à une documentation exhaustive de technologies, stratégies et bonnes pratiques d’adaptation au changement climatique et de communication au disponibles au niveau local et les disséminera de manière à améliorer la capacité d’adaptation au changement climatique tant au niveau politique que communautaire.  

L’objectif général de ce projet est donc de contribuer aux efforts d’amélioration de la capacité de résilience et d’adaptation aux chocs de changement climatique parmi les communautés pastorales d’Ethiopie.  

Les objectifs spécifiques du projet sont d’identifier et documenter des stratégies/pratiques d’adaptation à base communautaire au changement climatique appropriées pour le niveau local à l’intention des pasteurs des régions de l’Afar et de l’Omo Méridional d’Ethiopie; et communiquer et disséminer les bonnes pratiques en vue d’améliorer la capacité d’adaptation au changement climatique tant au niveau politique que communautaire.  

  • Recherches en vue d’identifier la gamme de pratiques d’adaptation au changement climatique selon les milieux
  • Recherche action au niveau communautaire pour pouvoir documenter les bonnes pratiques dans certaines zones de projet (woredas)
  • Ateliers de validation au niveau Woreda sur les produits de recherché et les rencontres de réseaux entre partenaires
  • Conférence nationale sur la promotion d’Adaptation au Changement Climatique à Base Communautaire
  • Documenter et disséminer les résultats de recherches sur les bonnes pratiques, les instructions de politique générale, etc.
  1. Recherche sur les Bonnes Pratiques et les connaissances sur l’Adaptation à Base Communautaire au Changement Climatique entreprises et les résultats prêts pour l’utilisation par les membres de GCOZA, les responsables gouvernementaux concernés au niveau national, régional, Word, ONG, instituts académiques et de recherche. 
  2. Capacité d’adaptation au changement climatique tant au niveau politique que communautaire à travers le réseautage, la communication et la dissémination de bonnes pratiques à tous les niveaux.