Principes pour un investissement agricole responsable - Groupe de Coordination des Zones Arides

Principes pour un investissement agricole responsable


Comment pouvons-nous faire des investissements agricoles responsables? Le Comité pour la sécurité alimentaire a relevé ce défi.

Le Comité pour la sécurité alimentaire (CSA) est un comité de l'ONU qui relève du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), mais est hébergé par la FAO à Rome. Le CSA est un comité unique dans le sens qu'il permet aux États, la société civile et les acteurs privés à s'engager dans des discussions normatives sur la sécurité alimentaire.

Le premier projet a été élaboré sur la base du mandat et il est le fruit des commentaires reçus pendant les consultations régionales et mondiales qui se sont tenues de septembre 2013 à mars 2014 et qui ont porté sur les ajouts, les modifications et les améliorations qu'il fallait apporter à l'avant projet. Le premier projet a servi de base pour negoatiations qui ont eu lieu durant la semaine du 19 au 23 mai 2014.

Les principes pour un investissement responsable dans l’agriculture qui sont maintenant en cours de discussion dans le CSA couvrent les difficultés rencontrées dans toutes les catégories de placements, peu importe si les investissements sont à grande échelle ou l'agriculture familiale, ou si l'investissement est réalisé par un État, les agriculteurs eux-mêmes ou une société privée.

Ces principes serviront comme un instrument volontaire que les parties prenantes devront adhérer. Toutefois, ils préciseront les obligations que les États ont déjà tant que signataires de traités relatifs aux droits de l'homme. Le fait que les principes ont été négociés parle la CSA, une autorité mondiale sur la sécurité alimentaire, devrait les donner plus de puissance.

Le niveau d'influence dépendra bien sûr aussi sur le niveau de support surélevé pour le document final qui sortira des négociations du groupe de travail et finalement adopté par le CSA. En ce moment, le project contient dix principes à négocier, et le but est de se mettre d'accord sur un document final fort qui peut être appuyé par les États, la société civile et les parties privées, pour s'assurer que le soutien des principes permettra la mise en œuvre sur une grande échelle, et finalement mener à des investissements agricoles responsables.