Ecoferme plus populaire parmi ceux qui ont le moins terre - Groupe de Coordination des Zones Arides

Ecoferme plus populaire parmi ceux qui ont le moins terre


Une étude récente montre que les agriculteurs au Mali avec des petites exploitations ont des taux plus élevés d'adoption de technologies Ecoferme comme l'utilisation de microdosage et de trempage de semences.

Une étude de terrain de l'Université norvégienne pour les sciences de la vie menée dans trois régions différentes du Mali a trouvé que les agriculteurs avec de petites exploitations ont plus tendance à adopter des technologies d’Ecoferme que ceux avec les plus grandes exploitations. D'autres facteurs socio-économiques qui influencent positivement l'adoption sont le nombre de membres du ménage et la distance au marché le plus proche pour avoir accès à engrais et pour acheter et vendre des produits agricoles.

Pour l'étude une enquête transversale de 120 chefs de ménage a été menée dans les régions de Mopti, Ségou et Sikasso. Les préférences des agriculteurs concernant l'adoption des technologies les plus courantes qui ont été introduites par le projet Ecoferme de la du GCoZA ont été établies en demandant sur les facteurs socio-économiques qui peuvent influencer la décision d'adopter. En outre, une analyse coûts-avantages a été réalisée pour découvrir comment les revenus de l'utilisation de nouveaux technologies / technologies améliorés affectent le comportement d'adoption. L'étude s'est concentrée principalement sur l'utilisation de techniques de microdosage et de trempage de semences tel que proposé par le projet Ecoferme.

La découverte que l'adoption de la technique d'application de micro-doses d'engrais est plus fréquent chez les agriculteurs avec de petites exploitations n'est pas en conformité avec l'hypothèse faite par les chercheurs d’avance que la taille des exploitations influence positivement l'adoption. Il montre que les agriculteurs avec de grandes exploitations cultivent de plus grandes portions de terres afin d'obtenir les mêmes résultats que les petits agriculteurs utilisant du microdosage. Cela signifie que les agriculteurs avec des de plus petites tailles d'exploitation qui adoptent des technologies de Ecoferme ont des bénéfices nets plus élevés que ceux avec les plus grandes exploitations.

Un autre facteur significatif influant l'adoption montré par l'étude est la taille du ménage, c’est-à-dire les ménages qui ont plus de membres adultes contribuant au travail de la ferme sont plus susceptibles d'avoir une capacité suffisante pour adopter de nouvelles technologies. Une troisième conclusion majeure indique que l'accès aux marchés joue un rôle important pour adoption. L'étude inter-régionale permet de voir que l'accès à l'achat d'intrants comme l'engrais et à la vente de produits d'agriculture diffère entre les trois régions de l'étude, ce qui est corrélée à des taux variantes d’adoption des technologies d’Ecoferme. Ainsi, la quantité moyenne d'engrais utilisés par les agriculteurs interrogés dans la région de Ségou, qui ont une distance de plus de 50 km au marché le plus proche, est près de trois fois inférieure à cela de ceux de la région de Koulikoro, où la distance est assez petite, avec seulement cinq km.


Lien vers l’article : (Seulement disponible en anglais).